A 15h, ce samedi est donné à Nice le coup d’envoi du Rally Aïcha des Gazelles du Maroc. Parmi les 137 équipages exclusivement féminins de cette 29ème édition, on retrouve la boulonnaise Sophie Takenouti et sa partenaire Camille Berchon. Nous les avons rencontrées à quelques heures du départ.

Ni l’une, ni l’autre n’est à son premier rallye des Gazelles. Loin de là. Sophie Takenouti en à cinq son actif. Camille Berchon, quatre. Et c’est sur l’un d’eux, en 2016, qu’elles se sont liées d’amitié. Les voilà donc prêtes à tenter, pour la première fois, cette aventure unique. Une course dans le désert, sans GPS, avec une navigation à l’ancienne, uniquement en hors-piste, en parcourant le moins de kilomètres possible.

Chaque année, le départ du rallye a lieu à Nice, comme ici en 2016. 40 000 personnes sont attendues.

«  On va s’appliquer mais ne veut pas jouer la gagne à tout prix » précise Camille, qui a pris la troisième place la dernière fois.  » on part vivre des moments dans le désert, retrouver des ambiances, faire la connaissance d’autres filles ». Si elles ne visent pas le podium, elles n’y vont pas en touristes. Sophie, directrice marketing de 45 ans,  est une adepte de la course à pieds. Sans oublier qu’elle exècre les vacances farniente. Elle aime l’aventure et la découverte. La preuve, l’été dernier, elle est partie avec son mari et leurs filles camper en Islande.

Complémentarité et belle amitié : leurs atouts pour gagner

Leur point fort ? Leur complémentarité. Camille, infirmière et maman de deux enfants, admet avoir des facilités de pilotage.Tandis que Sophie est une bonne navigatrice. « Elle est la patience et la finesse » estime sa partenaire «  et la navigation c’est 70% de la réussite ». Autre qualité : une excellente entente. « Nous sommes certaines qu’il n’y aura pas de non-dits ou d’émotions mal gérées » assure Camille.

Une vraie parenthèses pour ces femmes actives, et mère de famille

Les voilà donc prêtes à vivre ces quinze jours décrits par Camille comme  « une dose de désert, de compet’ et d’ ambiance gazelles ». Sophie, maman de deux filles, les qualifie de « vraie parenthèse ». «  C’est un moment pour soi » estime-t-elle, «  parce que lorsqu’on relève un défi, on va chercher des ressources en nous. On apprend à se connaître, à découvrir de nouvelles facettes de notre personnalités ». Ainsi, Sophie s’est découverte compétitrice et désormais, elle ose plus. Et après ce rallye ? Un autre rallye.. Elle aimerait partager cette aventure avec ses filles, aujourd’hui âgées de 13 et 11 ans. Camille, de son côté, rêve Raid Amazon, et de conclure « une gazelle ne reste jamais en place ».

En attendant leur arrivée dans quinze jours, vous pouvez leur écrire à partir de mercredi 20 mars,  sur www.rallyeaichadesgazelles.com, rubrique « les équipages », équipage 140.